Prévisualisation youtube bouton play youtube
Guide du Jeu Vidéo

Les jeux vidéo en Corée du Sud

Logos d'éditeurs de jeux video
Contenu mis à jour le

Lorsqu’on aborde le sujet des jeux vidéo en Corée du Sud, il est difficile de ne pas parler d’esport. Là-bas, les stades se remplissent de dizaines de millions de fans venus soutenir et admirer les joueurs professionnels. Le marché de l’esport et des jeux vidéo en général, évalué à plusieurs milliards de dollars, a une place de choix dans le quotidien des Sud-Coréens.

Cela fait une vingtaine d’années que la discipline est prise on ne peut plus au sérieux. Contrôle des autorités, centre de formation, fédération nationale… Après une rapide rétrospective de la façon dont les jeux vidéo se sont développés en Corée du Sud, cet article aura pour but de vous apprendre tout ce qu’il y a à savoir sur la relation qu’entretiennent les Sud-Coréens avec les jeux vidéo. Bien entendu, nous aborderons le sujet si important de l’esport. C’est parti !

Histoire du jeu vidéo en Corée du Sud

Contrairement au Japon, à la France ou aux Etat-Unis, ce n’est pas à la Corée qu’on pense en premier lorsqu’on cherche à savoir d’où viennent les premiers jeux vidéo. Avant les années 1990, le pays ne se démarquent pas vraiment et le marché est dominé par d’autres. Notons que si la Corée ne met pas tout de suite l’accent sur les jeux vidéo, elle développe néanmoins sa technologie : Samsung, LG ou encore Hyundai commencent à se faire connaître, et comme chacun le sait, ces marques vont progressivement conquérir le monde. Grâce à leurs innovations, la Corée du Sud se propulse à la onzième place des puissances économiques mondiales, ce qui est loin d’être anecdotique pour le pays.

Comme vous le savez, les jeux vidéo se développent dans le monde depuis les années 1970. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez lire cet article sur l’histoire du jeu vidéo, ou celui-ci qui traite du jeu vidéo en France. Atari, Nintendo et bien d’autres se partagent le monopole de ce loisir novateur. Concernant la Corée du Sud, ce n’est pas à cette époque que les jeux vidéo se développent, mais plutôt à partir des années 1990. De grosses sociétés de production telles que Nexon ou NCsoft sont toutes les deux fondées au cours de ces années. Elles sont à l’origine de certains des jeux les plus joués au monde à l’heure actuelle : Counter Strike, Aion ou bien sûr, Guild Wars. Ces années marquent le début de l’essor du jeu vidéo en Corée du Sud, ces derniers vont petit à petit prendre une place de plus en plus importante, jusqu’à devenir un véritable enjeu national. 

La place des jeux vidéo en Corée du Sud

Aujourd’hui, les jeux vidéo sont ni plus ni moins que le loisir le plus populaire chez les adultes et les adolescents coréens. C’est une activité sociale majeure, et ce n’est pas pour rien que c’est l’un des pays où l’on joue le plus au monde. Pour vous montrer l’ampleur du phénomène, sachez que 4 chaînes de télévision coréennes y sont spécialement dédiées. Les résultats des différentes compétitions mondiales ou nationales d’esport sont annoncés lors des journaux télévisés et sont partout dans la presse. La place des jeux vidéo peut être comparée à celle qu’a le football ou le rugby chez nous. Certains pensent que l’une des raisons de cette popularité réside dans la connexion haut débit. La Corée du Sud a en effet été l’un des premiers pays à s’équiper, en 2005, elle s’étendait sur le territoire à hauteur de 71% contre 21% au Royaume-Unis par exemple. Cela peut être l’une des raisons qui explique le fait que les jeux en ligne comme les MMORPG par exemple soient si importants pour les Sud-Coréens. 

Starcraft, le raz-de-marée

Cependant, le véritable point de départ à l’essor monumental des jeux vidéo dans ce pays, c’est Starcraft. C’est en 1998 que Blizzard dévoile son jeu de stratégie en temps réel. Avant cela, il y avait bien Diablo ou Super Mario Bros, mais leur succès était loin d’être retentissant. Starcraft, par contre, est un véritable raz-de-marée en Corée du Sud. Au départ pourtant, rien ne prédestine le pays à devenir ce qu’il est aujourd’hui en matière de jeu vidéo. Ils sont considérés comme technologiquement en retard et Blizzard ne prend même pas la peine de traduire son jeu en coréen. Pourtant, sur quelque 11 millions d’exemplaires vendus, 5 millions le sont en Corée du Sud, un chiffre difficile à croire, surtout à l’époque.

L’explosion des PC Bang

Mais au-delà de la popularité que va acquérir Starcraft dans le pays, il est surtout à l’origine des “PC Bang”. Il s’agit d’un cybercafé, spécifique à la Corée du Sud et spécialisé dans les jeux vidéo. On paye à l’heure pour pouvoir profiter de son jeu préféré. À partir de 1998, date de sortie de Starcraft, ces cafés explosent puisqu’ils fournissent aux joueurs une connexion Internet, des boissons et de la nourriture pour moins d’un dollar de l’heure. Pour comprendre à quel point le terme d’explosion n’est pas volé, le nombre de PC Bang passe d’une centaine en 1998, à 23 000 en 2001. 

Ces lieux de loisir, de rencontre et de détente deviennent de véritables incontournables pour la jeunesse coréenne. Vous n’êtes pas sans savoir que la Corée du Sud est un pays où la réussite scolaire et professionnelle est extrêmement importante, alors personne n’est contre un endroit où se réfugier pour évacuer la pression et le stress. C’est dans ces PC Bang que vont être organisés les premiers tournois et dès 1999 des chaînes de télévision diffusent certains d’entre eux. La popularité croissante du jeu va pousser les marques à s’intéresser au phénomène, et de premiers sponsors vont apparaître. L’ampleur que va prendre Starcraft et surtout la vitesse à laquelle il se développe dans tout le pays n’a jamais connu d’égale depuis. 

L’intérêt pour les jeux en ligne ne va bien sûr pas s’arrêter là, aujourd’hui, la Corée du Sud est leader dans bien des domaines du jeu vidéo, notamment un, dont nous allons parler dès maintenant : l’esport

La Corée du Sud et l’esport

C’est sûrement le point auquel on pense en premier quand on associe Corée du Sud et jeux vidéo : l’esport. La domination de ce pays en la matière est indiscutable. Aujourd’hui, la plupart des joueurs célèbres et des champions ont été formés ou sont originaires de Corée du Sud. Au niveau des tournois et des infrastructures, ceux qui se déroulent là-bas sont toujours qualifiés de prestigieux et de spectaculaires, tant ils sont impressionnants.  

Actuellement, la Corée du Sud est à la quatrième place du marché mondial du jeu vidéo. Son industrie rapporte chaque année environ 20 000 milliards de wons, soit environ 15 milliards de dollars, ces chiffres sont rapportés par le ministère de la Culture et l’Agence coréenne des contenus créatifs (KCCA)

Depuis que l’esport est apparu en Corée du Sud en 1998, son ascension est constante. Chaque coréen peut suivre à la télévision ou dans les journaux les résultats des différents tournois qui se déroulent chaque année. D’ailleurs, si vous souhaitez en savoir plus au sujet des tournois d’esport, nous vous invitons à lire cet article dédié : les tournois de jeux vidéo, d’esport. Les chaînes de télévision consacrées à l’esport se multiplient et rassemblent plusieurs millions de téléspectateurs lors de prime times les plus importants. Il faut dire que les joueurs professionnels sont de véritables stars. Tournées, spots publicitaires, couvertures de magazines, ce sont des icônes nationales, et chacune de leur apparition provoque des mouvements de foules en délire venues spécialement pour les apercevoir.

C’est au moyen d’un classement public et national qu’il est possible de suivre leur évolution. Ce dernier est consultable en ligne mais aussi dans les journaux. À l’image d’une équipe sportive traditionnelle, chacun à son joueur ou son équipe préférée. Les matchs sont diffusés dans les bars et dans les PC Bang et nombreux sont ceux qui s’y réunissent pour partager un moment convivial. Peu de différences finalement avec les compétitions sportives européennes classiques. 

Côté joueur, beaucoup de ceux qui s’affrontent lors des plus grands tournois sont des professionnels. Ils sont idolâtrés et payés parfois d’énormes sommes d’argent. Souvent, ils font partie d’une équipe qui est organisée et sponsorisée, à la manière d’une équipe sportive classique. Ils ont un style de vie qui se rapproche d’ailleurs énormément du sportif de haut niveau. Comme pour ces derniers, leur qualité de vie doit être irréprochable, ils ont énormément d’entraînement, de coach, de réunion et de briefing. Ils s’entraînent comme des athlètes pour que leur condition physique comme psychique soit toujours parfaite. Ils peuvent être amenés à faire des exercices d’endurance mais aussi de souplesse, notamment au niveau des mains. Même si on est assis devant un ordinateur, cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas se faire de blessure. Kinésithérapeutes et masseurs sont à leur disposition pour les aider à récupérer après des heures de tension assis devant un PC. On ne devient pas un champion d’e-sport juste en jouant quelques heures dans sa chambre. 

Grâce à leur équipe, ils consacrent une grande partie de leur temps à analyser et à étudier leur jeu et celui des équipes rivales. Ils élaborent des stratégies pour les vaincre et revoient leurs matchs encore et encore pour se perfectionner. Ils sont nourris, logés et blanchis par leur équipe et vivent entre eux une grande partie de l’année pour se préparer aux tournois. D’énormes récompenses sont promises aux vainqueurs, parfois plusieurs millions de wons

Pour comprendre la renommée de ces tournois, sachez que depuis 2022, l’esport est une épreuve sportive médaillée des Asian Games. La fédération internationale d’esport est d’ailleurs basée à Séoul et un stade va prochainement être construit. Ce dernier sera exclusivement réservé à la pratique de l’esport par la ligue coréenne. 

La Corée du Sud fut le premier pays à reconnaître l’esport comme un sport légitime ainsi que comme une catégorie d’emploi officiel et reconnu. C’est grâce à eux que le monde entier s’est penché sur l’e-sport qui est aujourd’hui un sport national dans bien des pays.

Lim Yo-Hwan

La plus grande vedette de l’esport en Corée du Sud est Lim Yo-Hwan, qu’on connaît surtout sous le pseudonyme SlayerS_`BoxeR`. C’est un joueur de Starcraft qui a pu percevoir un salaire de plus d’un demi-million de dollars. Joueur depuis 1998, il s’est fait connaître sur Starcraft et n’a jamais cessé de pratiquer jusqu’en 2013. C’est un modèle pour énormément de joueurs qui rêvent de connaître le même destin que lui. Il est surtout réputé pour son style innovant et créatif, ses tactiques sur Starcraft sont aujourd’hui devenues légendaires. On l’appelle “L’empereur Terran”, en référence à la race qu’il joue dans le jeu. Il a remporté les World Cyber Games à deux reprises, idem pour la OnGameNet Starleague. Il est resté numéro 1 du classement pendant 17 mois consécutifs, ce qui représente un immense record. C’est une légende vivante en Corée du Sud. Tous les Coréens âgés de 10 à 35 ans savent qui il est et ce qu’il a accompli. Garde du corps, fan-club, DVD biographique… Il a même été élu par MTV comme faisant partie des 10 joueurs de jeux vidéo les plus influents de tous les temps.

Les Gosu

Parlons maintenant des “Gosu”, il s’agit d’un terme employé pour désigner les joueurs professionnels. Ces derniers ne sont pas toujours des stars idolâtrées au même titre que Lim Yo-Hwan, mais ils s’affrontent lors de tournois, moyennant salaire. 

Ces derniers commencent leur carrière lorsqu’ils sortent du lycée. Souvent, ils ont déjà derrière eux une belle expérience de joueurs amateurs et se sont fait repérer par une équipe lors de différents évènements. Ils commencent alors à s’entraîner de façon professionnelle. La journée de travail d’un Gosu est rythmée par les exercices physiques, par les discussions avec les joueurs plus expérimentés et bien sûr par le jeu. Beaucoup évoquent une vie monotone et finalement beaucoup moins excitante que ce qu’ils avaient imaginé. Le jeu vidéo n’a plus rien de ludique, l’insatisfaction des joueurs et des entraîneurs est éternelle et peu connaissent finalement la gloire et le succès. 

Après une carrière plus ou moins longue, ils peuvent se reconvertir comme entraîneur ou comme professeur dans une équipe ou dans l’une des nombreuses écoles coréennes qui forment à l’esport. D’autres malheureusement tombent dans la dépendance et mettent plusieurs longues années à s’en sortir. 

Finalement, quelques rares chanceux finissent par connaître un destin exceptionnel. C’est assez comparable aux sportifs de haut niveau, au cinéma ou à la musique. Beaucoup en vivent mais peu deviennent des légendes. Il ne faut donc pas croire que l’esport en Corée du Sud est un univers glorieux, beaucoup en souffrent et n’arrivent jamais à atteindre le niveau dont ils rêvent.

Les jeux vidéo populaires en Corée du Sud

Maintenant que vous avez une assez bonne idée de ce que représentent les jeux vidéo et l’esport pour la Corée du Sud, voyons quels jeux sont les plus populaires. 

Starcraft

C’est avec Starcraft que tout a débuté, sachez que le jeu est toujours aussi populaire aujourd’hui et il reste le plus médiatisé. Cependant, sa scène esport n’est plus à son apogée. De nombreux jeux ont surgi ces dernières années si bien que les joueurs comme les investisseurs s’en désintéressent petit à petit. Les tournois existent toujours, mais aucun champion n’a émergé depuis déjà plusieurs années. 

Beaucoup de joueurs coréens considèrent que Starcraft est un jeu extrêmement exigeant, bien plus que League of Legends ou Counter Strike GO par exemple. Tout le monde ne sera pas du même avis, mais l’investissement que nécessite Starcraft n’est pas à prendre à la légère. Isolement, épuisement et surtout solitude. Tout le monde n’a pas l’envie ni la force de se plonger dans l’univers de Starcraft de façon professionnelle. Aujourd’hui, les jeux d’équipe sont privilégiés, d’autant plus que ce sont eux qui raflent les sponsors et l’audience.

Les MMORPG

L’une des plus grandes passions des Coréens en matière de jeu vidéo, ce sont les MMORPG tels que World of Warcraft, AION ou encore Lost Ark. On estime que leur marché à lui seul s’élève à plusieurs dizaines de milliards de dollars

Cela s’explique par le fait que les jeunes joueurs ont un fort désir de socialisation. Ceux qui n’étaient pas partants pour des jeux aussi solitaires et compliqués que Starcraft se sont rabattus sur les MMORPG. Et pour contrer le système d’abonnement payant qui, notamment sur World of Warcraft, était un véritable frein, le pays a trouvé l’astuce de faire payer les PC Bang et non pas les joueurs. Ainsi, les jeunes pouvaient se retrouver au café pour profiter de leurs jeux préférés et avaient même droit à des items et des zones exclusives. Cela permettait de faire rentrer de l’argent dans les caisses du pays, et pas uniquement dans celle des studios. 

C’est ce qui a permis de développer une immense communauté de joueurs qui se retrouvait non seulement dans le jeu, mais aussi de façon physique. Les MMORPG ne sont pas compétitifs et donc sont beaucoup moins médiatisés, ce qui permet à tous de pouvoir y accéder pour s’amuser et se détendre. 

Cependant, même si cela semble être un système parfait qui réunit les joueurs, ces derniers sont très affectés par l’addiction, si bien qu’un couvre-feu a été mis en place et qui interdit aux mineurs de jouer  la nuit. Le pays tente de lutter tant bien que mal contre la dépendance, quitte à bafouer certaines libertés fondamentales. Si vous souhaitez en savoir plus sur les addictions aux jeux vidéo, vous pouvez retrouver cet article rédigé par nos soins.

League of Legends

La Corée du Sud est connue pour ses performances sur le jeu League of Legends. Ce dernier est extrêmement populaire dans le pays. Il faut dire que les équipes coréennes font partie des meilleures au monde, notamment l’équipe T1. C’est sûrement ce qui donne envie aux joueurs coréens, qui tentent leur chance de devenir des joueurs professionnels sur ce jeu qui déchaîne les foules lors des tournois. Et sans compter que le jeu est aussi extrêmement populaire dans le monde entier, l’engouement est loin d’être réservé à la Corée du Sud.

Vous en savez maintenant plus sur les rapports entre la Corée du Sud et les jeux vidéo. Ce développement unique au monde n’est comparable à aucun autre et il a permis à la Corée du Sud de faire partie des leaders mondiaux de ce marché, surtout en matière d’esport. Là-bas, les jeux vidéo font totalement partie de l’industrie culturelle et sont un loisir à part entière qui est loin d’être stigmatisé ou rabaissé comme dans d’autres pays. C’est ce qui leur permet d’être aussi performants lors des tournois, mais c’est aussi ce qui explique le taux de personnes addict aux jeux vidéo dans le pays, ainsi que les difficultés qu’ont beaucoup de joueurs à être sur le devant de la scène esport. Quoi qu’il en soit, nous espérons que cet article vous aura permis de mieux cerner la relation qu’ont la Corée du Sud et les jeux vidéo.

FAQ

Quels sont les jeux vidéo les plus populaires en Corée du Sud ?
  1. League of Legends
  2. FIFA 
  3. Sudden Attack
  4. Diablo 3
  5. Lineage
  6. Aion
  7. Blade and Soul
  8. StarCraft
  9. Icarus Online
  10. Warcraft III
Quelle est la meilleure équipe de Corée du Sud ?
La meilleure équipe de Corée du Sud est sans aucun doute le team T1 qui évolue sur League of Legends. Ces derniers sont triple champions du monde et vainqueur des trois dernières éditions de la ligue Sud-Coréenne.
Comment devenir un joueur professionnel ?
Il n'existe pas de cursus à proprement parler pour devenir un joueur professionnel. Ce sont souvent des passionnés de jeux vidéo qui réussissent à transformer leur passion en métier. Cependant, plusieurs cursus relatifs à l’e-sport existent chez Gaming Campus et peuvent vous aider à avoir une connaissance globale et indispensable du milieu.  Par exemple :
Qui est Faker ?
Connu sous le pseudonyme de Faker, Lee Sang-hyeok est un joueur professionnel sud coréen du jeu League of Legends. Il est considéré par la communauté comme le meilleur joueur de League of Legends au monde. Faker joue pour l'équipe T1 (anciennement SK Telecom) depuis 2013 est et triple champion du monde de League of Legends. 

Contenus récents